PHYTOTHERAPIE

Phytothérapie et médecine naturelle 

 

 

   Aujourd’hui, c’est le grand retour du végétal. A tous les niveaux, puisque les études les plus récentes montrent le rôle préventif qu’exerce leur consommation (plantes, légumes, céréales, fruits.) dans la prévention des « petits maux du quotidien » aussi bien que les grandes maladies ( cancer, atteinte cardio-vasculaire) et du vieillissement.

 

      Les formes d’administration (dites galéniques) permettent au consommateur de recueillir les bienfaits de la plante dans ses parties actives (fleurs, feuilles, fruits, écorces, graines, racines)  et définissent aussi différents types de traitement.

 

Herboristerie

 

     Le diplôme d’herboriste a été supprimé en France en 1941 par Pétain. Depuis 2008 une liste de 148 plantes considérées comme « médicinales et d’usage courant » peuvent être commercialisées librement, mais interdites en mélanges ( sauf tilleul, verveine, camomille,, menthe, oranger amer, cynorrhodon et hibiscus).

Les médecines naturelles ne sont pas dépourvues de dangers. En conséquence, seul le pharmacien est habilité pour élaborer des formules adaptées à vos besoins. De par sa formation médicale et ses connaissances de chimie, il est le plus qualifié pour vous orienter vers telle ou telle médecine.

 

Votre santé est suffisament précieuse pour la confier à un professionnel de santé.


      Toutes les autres plantes ou mélanges ne peuvent être commercialisées que par les pharmaciens d’officine (ou les herboristes diplômés avant 1941 !)

Le droit fixe aussi les conseils d’usage et les posologies figurant sur l’étiquette.

      Grâce à un stock de près de 200 plantes séchées en vrac,  la pharmacie assure la préparation de mélanges personnalisés sous forme de tisanes.

 

    Pour une utilisation simplifiée compatible avec la vie actuelle, la forme gélule est aussi à votre disposition. Elle peut contenir la plante sèche cryobroyée ou un extrait sec plus concentré, dans une enveloppe d’origine végétale (la cellulose).